Articles 2017

Le Parisien – 21 février 2017
Accouchement : « l’épisiotomie ne sert à rien »
Des gynécos et des mamans s’insurgent contre cet acte trop courant en France. 44 % des femmes la subissent lors d’une première naissance. Pour Benoît de Sarcus, chef de service de la maternité de Nanterre, «l’épisiotomie ne sert à rien». (lire la suite)

L’Obs – 2 mars 2017
Accouchement : gonfler un ballon dans son vagin pour éviter l’épisio
« La seule façon d’éviter une épisiotomie est de choisir un médecin qui n’en pratique pas. La méthode est vendue en faisant peur aux femmes (vous allez avoir une épisiotomie) et en leur mentant (Epi-no permet de l’éviter). » (lire l’article)

Le Figaro – Grand Angle – avril 2017
Quand l’accouchement se vit dans la violence
Humiliations, gestes brutaux et actes médicaux imposés: de plus en plus de femmes prennent la parole pour dénoncer les «violences» vécues pendant leur accouchement. Si leurs témoignages sont terrifiants, ce phénomène reste difficile à quantifier. (lire et visionner le Grand Angle)

Grazia – 21 mai 2017
Accouchement : les droits de la mère en question
Ce devait être le plus beau jour de leur vie. Pourtant, elles en gardent un goût amer, l’impression d’avoir été maltraitées, dépossédées de leur accouchement… La maltraitance obstétricale, qui a longtemps été taboue, peut être physique ou psychologique. Elle commence quand « tout acte non médicalement justifié est commis ou appliqué dans le cadre de l’accouchement, sans le consentement de la femme » , explique Marie-Hélène Lahaye. (lire la suite)

Gala – 31 mai 2017
Michel Cymes sexiste ? Il répond à la polémique sur son livre
39 parents, majoritairement des mamans sont montés en créneau pour dénoncer la description inéquitable entre les deux sexes faite par le docteur le plus célèbre du PAF. « Un zizi, c’est donc un ensemble de choses, alors qu’une zézette, c’est un trou », ragent-ils, regrettant que le sexe féminin soit cantonné, dans la description du livre, à permettre de « faire pipi », alors que celui des garçons est présenté comme appartenant à un système génital « pour faire les bébés ». (lire l’article)

Elle – 9 juin 2017
Violences obstétricales : quand l’accouchement vire au cauchemar, aujourd’hui, les femmes en parlent
Anesthésie manquée, épisiotomie superflue, condescendance… l’accouchement s’accompagne parfois de violences injustifiées, voire illégales. Certaines femmes commencent enfin à en parler. (lire la suite)

ChEEk Magazine – 30 juin 2017
L’accouchement à domicile, une « pratique de sorcières » ?
Isabelle Koenig est convoquée aujourd’hui devant le Conseil de l’Ordre des Sage-Femmes pour avoir pratiqué des accouchements à domicile. On a posé quelques questions à Marie-Hélène Lahaye, auteure du blog Marie accouche-là, à propos de cette pratique. (lire la suite)

LCI – 25 juillet 2017
Pourquoi l’expression « violences obstétricales » fait-elle autant débat ?
VIOLENCES FAITES AUX FEMMES – En demandant un rapport au Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) sur les violences obstétricales, Marlène Schiappa a attiré les foudres du Collège national des gynécologues et obstétriciens français. Mais au fait, pourquoi cette expression soulève-t-elle tant de passions ? (lire la suite)

Libération – 1er août 2017
Pourquoi l’accouchement à domicile est devenu une pratique controversée
Si pendant longtemps les françaises ont accouché chez elles à l’aide de matrones, un virage vers le tout hospitalier s’est opéré au XXe siècle sous la houlette de l’Etat, diabolisant dans le même temps cette pratique. (Lire la suite)

BFMTV – 2 août 2017
Un livre sur la grossesse demande aux femmes de ne pas faire leur « chochotte »
Après la controverse sur l’épisiotomie, le débat sur les violences obstétricales revient avec un livre, qui évoque les touchers vaginaux lors de l’accouchement, et suggère aux femmes de « penser à autre chose ». Un conseil leur est donné: ne pas faire sa « chochotte ». Une forme de mépris, dénonce une blogueuse. (lire la suite)

Capital – 4 août 2017
Violences obstétricales, épisiotomie… Les gynécologues maltraitent-ils leurs patientes ?
Un discours de Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l’Égalité hommes-femmes, puis le tweet de la féministe Marie-Hélène Lahaye ont créé la polémique cet été. Les femmes enceintes seraient-elle de plus en plus victimes de violences obstétricales et, plus généralement, de mauvais traitements ? (lire la suite)

Libération- 15 août 2017
Contre les violences gynécologiques, la lutte prend corps
Après la dénonciation par la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa du nombre d’épisiotomies pratiquées en France, la polémique enfle. Accouchements violents, examens traumatisants, mépris, manque de dialogue… La parole des femmes se libère et les praticiens font face à une volée de critiques. (lire la suite)

Slate – 18 août 2017
La péridurale, c’est aussi pour les (futurs) papas
L’analgésie péridurale n’a pas pour unique fonction de soulager la souffrance physique des parturientes. (lire la suite)

Le Monde – 30 août 2017
La parole des femmes sur les « violences obstétricales » se libèrent
La secrétaire d’Etat à l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a commandé un rapport sur le sujet, qui déclenche une tempête dans le milieu médical. (lire la suite)

L’Obs – 31 août 2017
Accouchement et maltraitances : « La révolution est en marche »
Le moral de Marie-Hélène Lahaye est très bon. Cela s’entend au téléphone et se voit. Un smiley souriant clôt par exemple son dernier post Facebook (un article du Monde sur les violences obstétricales). Dans ce post, la juriste militante pour un accouchement respectueux des femmes, auteure du blog « Marie accouche là » a aussi écrit ces quelques mots, porteurs d’espoir. « La révolution est en marche. » (lire l’article)

Sud Ouest – 14 octobre 2017
Les « violences obstétricales » font débat : parole libérée ou « gynéco-bashing » ?
La polémique n’en finit plus de monter entre des femmes qui dénoncent des « maltraitances gynécologiques » et des praticiens qui s’insurgent contre un « gynéco-bashing ». (lire la suite)

Le Figaro madame – 18 octobre 2017
Violences obstétricales : comment sages-femmes et gynécologues vivent la polémique
Épisiotomie systématique, toucher vaginal non consenti… La polémique sur les violences obstétricales enfle. Comment les praticiens la vivent-ils ? Témoignages. (lire la suite)

Libération – 6 décembre 2017
Violences obstétricales : «Les gynécologues n’écoutent pas les femmes»
Violences obstétricales : Ce mercredi s’ouvrent à Lille les 41e journées du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). L’occasion pour un collectif de femmes de faire entendre leurs voix. (lire la suite)

Elle – 6 décembre 2017
#BalanceTonAccouchement : quand un collectif interpelle les gynécos sur les violences obstétricales.
Des pancartes, des slogans et des hashtags. Un collectif de femmes baptisé « Le OFF du CNGOF » s’est rendu à Lille, où débute ce mercredi les 41e journées du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). L’idée ? Alerter les gynécologues sur les violences obstétricales. (lire la suite)

Konbini – 6 décembre 2017
Contraception et IVG : le Conseil de l’Europe alerte sur des « restrictions rétrogrades »
Le Conseil de l’Europe évoque également les conditions d’accouchement, notant qu’il y a de considérables disparités ainsi que « des déficiences en matière de garantie d’un niveau de soins adéquat et de respect des droits, de la dignité et de l’autonomie des femmes lors de l’accouchement » qui « persistent dans plusieurs parties de l’Europe ». Un constat qui fait directement écho aux 41es journées du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) qui s’ouvrent ce mercredi à Lille. Le collectif « le OFF du CNGOF » s’y mobilise pour dénoncer l’absence « de point général sur la question des violences gynécologiques et de son ampleur », comme Marie-Hélène Lahaye, autrice du blog Marie accouche là l’a expliqué à Libération. (lire l’article)